Dieu n’habite pas la Havane : coup de cœur de la semaine

Cette semaine direction Cuba, le soleil et la Rumba! Un avant-goût de vacances? En tout cas, Yasmina Khadra nous fait voyager à travers son dernier roman “Dieu n’habite pas la Havane”Résultat de recherche d'images pour "dieu n'habite pas la havane"

Synopsis : À l’heure où le régime castriste s’essouffle, « Don Fuego » chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Aujourd’hui, les temps ont changé et le roi de la rumba doit céder la place. Livré à lui-même, il rencontre Mayensi, une jeune fille « rousse et belle comme une flamme », dont il tombe éperdument amoureux. Mais le mystère qui entoure cette beauté fascinante menace leur improbable idylle.

Ce livre est un chant dédié aux fabuleuses destinées contrariées par le sort. Dieu n’habite pas La Havane est aussi un voyage au pays de tous les paradoxes et de tous les rêves. Alliant la maîtrise et le souffle d’un Steinbeck contemporain, Yasmina Khadra mène une réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue,sans cesse contrebalancée par la jubilation de chanter, de danser et de croire en des lendemains heureux.

Un court passage dans ce livre résume bien le sentiment qui domine dans ce livre :

« Mais quand c’est fini, c’est fini. Il faut mettre une croix dessus. C’est plus raisonnable. La vie, ce n’est pas que les paillettes, le gros lot et les honneurs. La vie, c’est aussi se casser les dents en gardant le sourire. Alors souris, bon sang ! Souris, puisque tu es toujours vivant. »

Si vous voulez en savoir plus sur la conception et l’histoire de ce roman, retrouvez ici une interview de Yasmina Khadra.

Point positif : Très belle aventure amoureuse où la musique reste l’échappatoire à une vie cubaine pas toujours facile. Réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue et les destinées contrariées par le sort. Roman qui a le mérite de nous faire voyager.

Point négatif : Ce n’est pas le meilleur roman de Yasmina Khadra.

Note : 3.5/5

Pour ceux qui désirent lire ce roman, vous le trouverez dans les bibliothèques suivantes : à La Poitevinière, Beaupréau, Andrezé et Gesté.

Bonne lecture à tous !

“Et les Mistrals Gagnants” au cinéma Jeanne d’Arc à Beaupréau

Venez assister à la projection du très beau film/documentaire d’Anne-Dauphine JULLIAND intitulé «Et les Mistrals Gagnants ».

La Projection se déroulera au cinéma Jeanne d’Arc à Beaupréau le mardi 9 mai 2017 à 20h, au tarif unique de 4€.

La séance sera suivie d’un échange autour du thème de la maladie et des enfants.

Pour en savoir plus, l’affiche se trouve juste en dessous!

Coup de cœur de la semaine : La Ballade de l’impossible

Aujourd’hui, notre coup de cœur de la semaine n’est pas une nouveauté fraîchement arrivée dans nos rayons mais un livre qui est paru au Japon en 1987 : La ballade de l’impossible d’Haruki Murakami. Le livre a été publié en France bien plus-tard, en 2007 mais le temps n’altère pas la beauté de l’histoire et le charme de l’écriture.

Un livre empreint de douceur, de lenteur, de mélancolie et d’érotisme…quand on le lit on se sent comme dans une bulle ouatée. Son écriture est magnifique : simple, épurée, poétique. En peu de mots Murakami nous transporte dans son univers, dans ses pensées profondes et fines. Le livre donne envie d’écrire, de le lire encore et encore, de regarder la vie autrement.

Même si la lecture de se livre remonte à quelques années, l’impression qu’il laisse est toujours prégnante, inoubliable : comme un rêve qui s’estompe mais qui laisse une trace indélébile.

En écrivant ce billet j’ai vu qu’un film a été diffusé en 2011. Sait-on jamais, le film peut-être aussi bien réussi que le livre ? A vous de juger !  Voici la bande annonce : ICI

 

Le livre est disponible à la médiathèque de Beaupréau.

Résumé du livre :

Au cours d’un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : Norwegian Wood. Instantanément, il replonge dans le souvenir d’un amour vieux de dix-huit ans. Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s’est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux. Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l’aime ainsi. Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaît…

 

Voici 2 extraits du livre pour vous mettre l’eau à la bouche :

“Je me penchai en avant, tenant mon visage à deux mains pour empêcher ma tête d’éclater, et ne bougeai plus. Une hôtesse de l’air allemande ne tarda pas à s’approcher de moi pour me demander en anglais si j’étais victime d’un malaise. Je lui répondis que tout allait bien et que je venais seulement d’avoir un léger vertige.
«Vous en êtes sûr ?
– Oui, je vous remercie», lui répondis-je.
La jeune femme m’adressa un franc sourire avant de dis­paraître, et la musique fut remplacée par un air de Billy Joël. Je relevai la tête, observai les nuages sombres qui flot­taient dans le ciel au-dessus de la mer du Nord, et songeai à toutes ces choses que j’avais perdues jusqu’alors au cours de ma vie. Les heures envolées, les personnes mortes ou disparues, les pensées qui ne reviendraient plus.”


“Il m’arrive de temps en temps de me réveiller la nuit et d’avoir terriblement peur, me dit-elle en se blottissant contre mon bras. J’ai comme l’impression que si je continue à être tordue et si je n’arrive pas à me retrouver comme avant, je vais vieillir et je vais finir par pourrir sur place. A cette pensée, je me glace jusqu’au fond de moi. C’est affreux, tu sais. C’est pénible à supporter, tout ce froid…”

 

Bonne lecture à tous !

 

Coup de cœur ou coup de soleil? La réponse avec Calypso Rose….

Aujourd’hui-envolons nous direction les Antilles et Cuba à la rencontre du Calypso.

Le quoi? Pour certain le Calypso fait référence au navire du Commandant Cousteau mais ici nous parlons d’un genre de musique très répandu aux Antilles dont le nom à lui seul, et déjà enchanteur, semble paré de toutes les promesses d’une musique colorée, rythmée et dansante.

La digne représente de cette musique n’est autre que Calypso Rose, qui revient avec un nouvel album “Far From Home”. Il faut dire qu’à 76 ans, la “reine du Calypso” est irrésistible de punch, de gouaille et d’optimisme. Tendrement aguicheuse, elle parade ainsi entre Calypso de carnaval et soca sautillante, mento cool et ska des tropiques.

Cette femme défend des valeurs : la lutte contre le racisme, les droits des femmes. Elle adoucit les mœurs par la musique. C’est la vie qui est célébrée en chanson et ça fait du bien. Alors vous êtes prêt ?

Montez le volume, et faites entrer le soleil dans votre salon. Si l’envie de danser vous prend, c’est normal: voici l’effet Calypso Rose !

Une très bonne note de 4.8/5 est décernée à la Reine du Calypso.

Vous pouvez retrouver ce CD et l’emprunter à la Médiathèque de Beaupréau.

Bonne écoute à tous,

Des petits nouveaux ont rejoint nos rayons !

Les beaux jours commencent à arriver et les nouveautés aussi !

Retrouvez dès à présent une nouvelle sélection de “printemps” dans nos rayons à la Médiathèque de Beaupréau.

Petits et grands, tout le monde trouvera son bonheur en CD !

Pour vous mettre l’eau à la bouche, vous pouvez consulter et écouter les nouveaux CDs juste en cliquant ici.

Bonne écoute à tous, et n’oubliez pas vous avez le droit d’emprunter jusqu’à 4 CDs par carte en plus des livres !

Carte blanche, Pierrick Naud présente «Conversations paradoxales»

Plus que quelques jours pour visiter l’exposition !

Détenteur d’une Carte blanche, Pierrick Naud présente « Conversations paradoxales » dans la nouvelle salle d’exposition de la Loge. 

Tels les chapitres d’une histoire surréelle, les dessins grands formats de Pierrick Naud invitent à une narration découpée où le questionnement s’impose. Des silhouettes mystérieuses, qui jaillissent des contrastes en noir et blanc, se répondent.

Venez visiter cette belle exposition. Ouvert tous les jours de 15 heures à 18 heures, jusqu’au 9 avril. Gratuit.

Un avant-goût de Pâques à la librairie La Parenthèse

Un moment de libre le mercredi 12 avril?

Alors n’hésitez pas à assister aux “Petites histoires de Pâques” mises en scène par les Croqu’heure de contes.

Un beau moment à passer pour les petits à partir de 3 ans à la librairie la Parenthèse. Deux séances sont organisées: – la première à 16H, puis la deuxième à 17H.

Les places sont limitées, alors pensez à les réserver dès maintenant au : 02.41.63.32.55

A vos marques, prêts : Chassez les œufs au fil des contes !

Le coup de cœur de la semaine : Chanson douce, qui n’a de doux que le titre….

Bonjour à tous,

Cette semaine le coup de cœur des bibliothécaires n’est autre que le roman ayant reçu le prix Goncourt 2016 : Chanson douce de Leïla Slimani.

 

 

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Dès la première page, dès la première phrase, le lecteur est plongé dans l’histoire! Dès lors, impossible d’arrêter sa lecture afin de comprendre le pourquoi de ce “Drame”.

Pour en savoir plus, retrouver l’interview de Leïla Slimani en cliquant juste ici !

Les points positifs : Livre bien écrit et passionnant, c’est un regard critique du monde «bobo» ou l’argent facilite le quotidien. Style sec et tranchant de l’auteur, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Les points négatifs : Dès la première phrase on connait la fin. Violent. Cet argument négatif se retourne en positif, parce que la suite du livre décortique toute la mécanique des faits et de la vie des personnages qui abouti à la situation du début.

Il est donc logique de retrouver une très bonne note pour ce roman : 4,81/5

Retrouvez ce livre à Beaupréau, La Chapelle du Genêt, Andrezé, Jallais, Gesté, La Jubaudière, Le Pin-en-Mauges et La Poitevinière

Bonne lecture !

De Tarantino à Django… coup de cœur de la semaine!

Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous partons direction les Etats-Unis et plus particulièrement vers le sud du pays à la rencontre de Django!

Je parle bien entendu de « Django Unchained », la BO du film de Quentin Tarantino de 2013. Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de voir ce film, retraçons l’histoire en quelques lignes.

Replaçons le contexte : 1858, Mississippi en pleine période d’esclavage. Le Dr Schultz se lie d’amitié avec l’esclave Django et lui offre la liberté en échange de l’arrestation de trois fugitifs. S’en suit la quête de Django pour retrouver sa femme Broomhilda esclave à Candyland, lieu de l’esclavagisme par excellence.

Ouvrez grandes vos oreilles: aucune chance de s’endormir en écoutant ces musiques qui nous rappellent l’importance de la LIBERTÉ!

django Si vous avez eu la chance d’aller voir Django Unchained au cinéma, vous vous serez rendu compte de façon inévitable des styles musicaux variés qui ont été sélectionnés pour composer la Bande Son Originale du film ! On peut passer d’une musique western spaghetti au rap inattendu, mais à chaque fois la musique est bien plus qu’une simple sonorité; elle accompagne les scènes dans un rythme synchronisé. De Ennio Morricone à James Brown, on reconnait bien là l’éclectique Tarantino!

Pour découvrir ou redécouvrir ces mélodies pleines de rythmes c’est par ici que ça se passe! Écoutez et laissez-vous envahir par ce sentiment de liberté convoitée!

Ce Cd est disponible à la médiathèque de Beaupréau.

Bonne écoute à tous!