Prenons le large avec un coup de cœur marin !

Cap sur l’Alaska avec le Grand Marin de Catherine Poulain qui a reçu de nombreux prix littéraires.

Résultat de recherche d'images pour "grand marin poulain"

Synopsis : Quand Lili Colt arrive à Kodiak, un port de l’Alaska, elle sait qu’elle va enfin réaliser son rêve : s’embarquer sur un de ces bateaux qui partent pêcher au loin. Pour la jeune femme qui a fui jadis le confort d’une famille française, la véritable aventure commence. Le choc est brutal. Il lui faut dormir à même le pont dans le froid insupportable, l’humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, les blessures…Seule femme au milieu de ces hommes rudes, au verbe rare et au geste précis qui finiront par l’adopter. A terre, Lili partage la vie des marins -les bars, les clubs de strip-tease, les motels miteux. Quand elle tombe amoureuse du  » Grand marin  » , elle sait qu’il lui faudra choisir entre sa propre liberté et son attirance pour cet homme dont la fragilité la bouleverse.

 Avis : Entre Jack London et Marguerite Duras, Catherine Poulain fait entendre une voix unique dans le paysage littéraire français, avec ce magnifique premier roman qu’on devine très autobiographique.

Dans un livre, il y a l’histoire, l’écriture mais aussi les émotions et plus rarement les échos qu’il provoque. Catherine Poulain Poulain offre tout cela dans ce premier roman.
C’est immensément beau ! L’écriture de Catherine Poulain est neuve, un mélange de justesse et de descriptions qui donnent des frissons.

Un coup de cœur entier, vibrant et fulgurant !  Au-delà d’un roman sur la pêche, l’amour, l’aventure des grands fonds, de l’océan vaste et sans frontière, Le Grand Marin est un roman sur la vie, sa dureté, sa souffrance, sa véritable foi et instinct, la géographie d’un bord du monde jamais atteint, un espace inconnu. Des hommes.

Pour ceux qui veulent plus de détails, retrouvez Catherine Poulain qui nous parle de son très beau roman juste ICI !

Ce roman est disponible dans les bibliothèques d’Andrezé, Beaupréau, La Chapelle-Du-Genêt, La Jubaudière, Le Pin-En-Mauges et Villedieu-La-Blouère.

Bonne lecture,

Un coup de cœur Russe….

Direction la Russie et plus précisément les paysages de la Taïga pour notre coup de cœur de la semaine. Andreï Makine et son « Archipel d’une autre vie » nous emmène dans un roman d’aventure, d’amour et de psychologie.

Synopsis : Une chasse à l’homme à travers l’infini de la Taïga, au crépuscule de l’ère stalinienne. Qui est donc ce criminel aux multiples visages que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer ? Insaisissable, le fugitif paraît se jouer de ses poursuivants, qui, de leur côté, s’emploient à faire durer cette traque, peu pressés de retourner au cantonnement. Dans cette longue parenthèse rythmée par les feux des bivouacs et la lutte quotidienne contre les éléments se révélera le vrai caractère de chacun, avec ses lâchetés et ses faiblesses.

Avis : Sublime lecture, un vrai coup de cœur pour ce roman d’aventure et de passion. Un magnifique roman servi par une belle plume vive et poétique ! Un très bel hommage à sa Sibérie natale. Andreï Makine nous retranscrit la rudesse et la beauté de la taïga. Les descriptions sont envoûtantes. Il nous embarque dans une traque sans merci, angoissante, haletante, pleine de surprises et à la fois, empreinte d’une grande humanité, dans laquelle traqueurs et traqué ne sont pas à l’abri d’un retournement de situation, ou aucun n’est épargné ni par la nature sauvage ni par les protagonistes embarqués dans cette folle poursuite.

Pour les curieux; cliquez ICI pour plus de détails sur le contenu de ce roman !

Ce roman est disponible dans les bibliothèques d’Andrezé, Beaupréau, Gesté, Jallais et Villedieu-La-Blouère. Venez l’emprunter !

Bonne lecture,

Les règles d’usage : un coup de cœur

Notre coup de cœur cette semaine est décerné à un roman adulte : Les règles d’usage de Joyce Maynard.Résultat de recherche d'images pour "règles d'usage joyce maynard"

Synopsis : Wendy, treize ans, vit à Brooklyn. Le 11 septembre 2001, son monde est complètement chamboulé : sa mère part travailler dans les twin towers et ne revient pas. L’espoir s’amenuise jour après jour et, à mesure que les affichettes DISPARUE se décollent, la sidération fait son apparition. Le lecteur suit la lente et terrible prise de conscience de Wendy et de sa famille, ainsi que leurs tentatives pour continuer à vivre. Le chemin de la jeune fille la mène bientôt en Californie chez son père biologique qu’elle connaît à peine. Son beau-père et son petit frère la laissent partir le cœur lourd, mais avec l’espoir que cette expérience lui sera salutaire. Assaillie par les souvenirs, Wendy est tiraillée entre cette vie inédite et son foyer new-yorkais qui lui manque. Elle délaisse les bancs de son nouveau collège et, chaque matin, part à la découverte de ce qui l’entoure, faisant d’étonnantes rencontres.

Points positifs : Roman sensible, personnages attachants, beaucoup d’émotions. Belle histoire sur la reconstruction d’une adolescence après un drame. A la fois tendre et tragique. Part belle est faite à l’art, dans différents genres, formidable atout pour aimer à nouveau la vie. Hymne à tous les rescapés des attentats.

Point négatif : Le personnage principal peut être un peu trop idéalisé par l’auteur.

 

Quoi qu’il en soit, Joyce Maynard nous raconte avec toujours autant de justesse et de délicatesse, l’histoire de la vie, des relations familiales,  l’apprentissage de l’absence, les rêves d’adolescent qu’il faut garder et ceux qui ne sont qu’illusions. Pour en savoir plus sur ce roman, retrouvez juste ICI cette vidéo !

Retrouvez ce livre dans les bibliothèques de Beaupréau, Andrezé, La Jubaudière, Jallais, Villedieu, La Poitevinière et Gesté.

Coup de cœur suédois…

Cette semaine, faisons une halte en mer baltique ! Prenons le large avec Henning Mankell et ses « Bottes suédoises« . Résultat de recherche d'images pour "les bottes suèdoises"

Synopsis : Fredrik Welin, médecin à la retraite, vit reclus sur son île de la Baltique. Une nuit, une lumière aveuglante le tire du sommeil. Au matin, la maison héritée de ses grands-parents n’est plus qu’une ruine fumante. Réfugié dans la vieille caravane de son jardin, il s’interroge: à soixante-dix ans, seul, dépossédé de tout, a-t-il encore une raison de vivre ? Mais c’est compter sans les révélations de sa fille Louise et sans l’apparition de Lisa Modin, journaliste de la presse locale. Tandis que l’hiver prend possession de l’archipel, tout va basculer de façon insensible jusqu’à l’inimaginable dénouement.
Après l’immense succès des Chaussures italiennes, auquel il fait suite, « Les Bottes suédoises » brosse le portrait en clair-obscur d’un homme qui revisite son destin, tenaillé par le doute, le regret, la peur face à l’ombre grandissante de la mort, mais animé aussi par le désir et la soif d’amour.

Les + de ce roman : Il n’est pas indispensable d’avoir lu « les chaussures italiennes » pour se passionner pour ce livre. Un roman assez triste sur la solitude, la vieillesse, l’idée de la mort. Style facile, un bon moment de lecture. Très émouvant car l’auteur est décédé quelques mois après la sortie de ce livre. Le passage sur Paris, et sa «vision de touriste» sur cette ville est intéressante. Quelques réflexions sur l’écologie, l’économie.

Les de ce roman : Moins palpitant que les autres romans d’Henning Mankell.

Une jolie note de 4/5.

Si vous avez envie de lire ce livre, vous pouvez le retrouvez dans les bibliothèques de Beaupréau, Gesté, Villedieu-La-Blouère et la Chapelle-Du-Genêt.

Dieu n’habite pas la Havane : coup de cœur de la semaine

Cette semaine direction Cuba, le soleil et la Rumba! Un avant-goût de vacances? En tout cas, Yasmina Khadra nous fait voyager à travers son dernier roman « Dieu n’habite pas la Havane »Résultat de recherche d'images pour "dieu n'habite pas la havane"

Synopsis : À l’heure où le régime castriste s’essouffle, « Don Fuego » chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Aujourd’hui, les temps ont changé et le roi de la rumba doit céder la place. Livré à lui-même, il rencontre Mayensi, une jeune fille « rousse et belle comme une flamme », dont il tombe éperdument amoureux. Mais le mystère qui entoure cette beauté fascinante menace leur improbable idylle.

Ce livre est un chant dédié aux fabuleuses destinées contrariées par le sort. Dieu n’habite pas La Havane est aussi un voyage au pays de tous les paradoxes et de tous les rêves. Alliant la maîtrise et le souffle d’un Steinbeck contemporain, Yasmina Khadra mène une réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue,sans cesse contrebalancée par la jubilation de chanter, de danser et de croire en des lendemains heureux.

Un court passage dans ce livre résume bien le sentiment qui domine dans ce livre :

« Mais quand c’est fini, c’est fini. Il faut mettre une croix dessus. C’est plus raisonnable. La vie, ce n’est pas que les paillettes, le gros lot et les honneurs. La vie, c’est aussi se casser les dents en gardant le sourire. Alors souris, bon sang ! Souris, puisque tu es toujours vivant. »

Si vous voulez en savoir plus sur la conception et l’histoire de ce roman, retrouvez ici une interview de Yasmina Khadra.

Point positif : Très belle aventure amoureuse où la musique reste l’échappatoire à une vie cubaine pas toujours facile. Réflexion nostalgique sur la jeunesse perdue et les destinées contrariées par le sort. Roman qui a le mérite de nous faire voyager.

Point négatif : Ce n’est pas le meilleur roman de Yasmina Khadra.

Note : 3.5/5

Pour ceux qui désirent lire ce roman, vous le trouverez dans les bibliothèques suivantes : à La Poitevinière, Beaupréau, Andrezé et Gesté.

Bonne lecture à tous !

Coup de cœur de la semaine : La Ballade de l’impossible

Aujourd’hui, notre coup de cœur de la semaine n’est pas une nouveauté fraîchement arrivée dans nos rayons mais un livre qui est paru au Japon en 1987 : La ballade de l’impossible d’Haruki Murakami. Le livre a été publié en France bien plus-tard, en 2007 mais le temps n’altère pas la beauté de l’histoire et le charme de l’écriture.

Un livre empreint de douceur, de lenteur, de mélancolie et d’érotisme…quand on le lit on se sent comme dans une bulle ouatée. Son écriture est magnifique : simple, épurée, poétique. En peu de mots Murakami nous transporte dans son univers, dans ses pensées profondes et fines. Le livre donne envie d’écrire, de le lire encore et encore, de regarder la vie autrement.

Même si la lecture de se livre remonte à quelques années, l’impression qu’il laisse est toujours prégnante, inoubliable : comme un rêve qui s’estompe mais qui laisse une trace indélébile.

En écrivant ce billet j’ai vu qu’un film a été diffusé en 2011. Sait-on jamais, le film peut-être aussi bien réussi que le livre ? A vous de juger !  Voici la bande annonce : ICI

 

Le livre est disponible à la médiathèque de Beaupréau.

Résumé du livre :

Au cours d’un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : Norwegian Wood. Instantanément, il replonge dans le souvenir d’un amour vieux de dix-huit ans. Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s’est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux. Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l’aime ainsi. Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaît…

 

Voici 2 extraits du livre pour vous mettre l’eau à la bouche :

« Je me penchai en avant, tenant mon visage à deux mains pour empêcher ma tête d’éclater, et ne bougeai plus. Une hôtesse de l’air allemande ne tarda pas à s’approcher de moi pour me demander en anglais si j’étais victime d’un malaise. Je lui répondis que tout allait bien et que je venais seulement d’avoir un léger vertige.
«Vous en êtes sûr ?
– Oui, je vous remercie», lui répondis-je.
La jeune femme m’adressa un franc sourire avant de dis­paraître, et la musique fut remplacée par un air de Billy Joël. Je relevai la tête, observai les nuages sombres qui flot­taient dans le ciel au-dessus de la mer du Nord, et songeai à toutes ces choses que j’avais perdues jusqu’alors au cours de ma vie. Les heures envolées, les personnes mortes ou disparues, les pensées qui ne reviendraient plus. »


« Il m’arrive de temps en temps de me réveiller la nuit et d’avoir terriblement peur, me dit-elle en se blottissant contre mon bras. J’ai comme l’impression que si je continue à être tordue et si je n’arrive pas à me retrouver comme avant, je vais vieillir et je vais finir par pourrir sur place. A cette pensée, je me glace jusqu’au fond de moi. C’est affreux, tu sais. C’est pénible à supporter, tout ce froid… »

 

Bonne lecture à tous !

 

Le coup de cœur de la semaine : Chanson douce, qui n’a de doux que le titre….

Bonjour à tous,

Cette semaine le coup de cœur des bibliothécaires n’est autre que le roman ayant reçu le prix Goncourt 2016 : Chanson douce de Leïla Slimani.

 

 

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Dès la première page, dès la première phrase, le lecteur est plongé dans l’histoire! Dès lors, impossible d’arrêter sa lecture afin de comprendre le pourquoi de ce « Drame ».

Pour en savoir plus, retrouver l’interview de Leïla Slimani en cliquant juste ici !

Les points positifs : Livre bien écrit et passionnant, c’est un regard critique du monde «bobo» ou l’argent facilite le quotidien. Style sec et tranchant de l’auteur, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Les points négatifs : Dès la première phrase on connait la fin. Violent. Cet argument négatif se retourne en positif, parce que la suite du livre décortique toute la mécanique des faits et de la vie des personnages qui abouti à la situation du début.

Il est donc logique de retrouver une très bonne note pour ce roman : 4,81/5

Retrouvez ce livre à Beaupréau, La Chapelle du Genêt, Andrezé, Jallais, Gesté, La Jubaudière, Le Pin-en-Mauges et La Poitevinière

Bonne lecture !

Un paquebot dans les arbres… coup de cœur !

Cette semaine, notre coup de cœur est décerné au « Paquebot dans les arbres » de Valentine Goby.

Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de le lire, un petit résumé s’impose:

À la fin des années 1950, Mathilde, adolescente, voit partir son père puis sa mère pour le sanatorium d’Aincourt. Commerçants, ils tenaient le café de La Roche-Guyon. Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant laisse alors ses deux plus jeunes enfants dans la misère. Car à l’aube des années 1960, la Sécurité sociale ne protège que les salariés et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui, par insouciance, méconnaissance ou dénuement ne sont pas soignés à temps.

Petite mère courage, Mathilde va se battre pour sortir ceux qu’elle aime du sanatorium, ce grand paquebot blanc niché dans les arbres, où se reposent et s’aiment ceux que l’enfance ne peut tolérer autrement qu’invincibles.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus, cliquez ici pour retrouver l’interview de Valentine Goby sur son roman.

Avis positif des lecteurs : Livre agréable à lire, triste car des moments de vie difficiles. Belle description des sentiments. Magnifique

Bémol : Ecriture pas toujours facile à suivre

Une jolie note de : 4.3/5

Retrouvez ce livre au Pin-en-Mauges, Andrezé, Beaupréau,Gesté, Jallais, La Jubaudière,Villedieur, La Poitevinière, Villedieu-la-Blouère